Ce que la technologie renouvelle dans les événements artistiques

MEDIAMAG

Ce que la technologie renouvelle dans les événements artistiques

Avec l’essor du digital, le mouvement de transformation de l’art par la technologie ne cesse de s’accélérer. Alors que certains puristes avaient une vision pessimiste de la transformation, soutenant que la technologie affaiblissait la puissance et l’aura de l’œuvre, on peut aujourd’hui voir dans la technologie de nouvelles opportunités d’expérimentation artistique, un renouveau et une occasion de démocratiser l’art en rendant l’accès aux œuvres plus facile.

La multiplicité d’événements artistiques et un renouvellement de l’offre

En quelques années, les expériences immersives se sont multipliées dans les lieux de patrimoine artistique et de nombreux événements ont vu le jour. En effet, les nouvelles technologies connaissent une popularité croissante dans le milieu de l’art comme auprès du grand public.

Sa valeur marchande augmente et les musées et les collectionneurs ne veulent pas être en reste. Le numérique s’installe dans les institutions les plus prestigieuses, tel que le MoMA avec l’exposition d’installations « Surrounds » ou encore le musée du Louvre qui a introduit la réalité virtuelle en complément de l’exposition Léonard de Vinci. De même, à la Cité de l’architecture et du patrimoine, la réalité virtuelle est utilisée pour pénétrer dans un lieu inaccessible, la pyramide de Khéops.

En moins de 10 ans, une double dynamique de création d’événements artistiques et de propositions renouvelées dans des lieux et univers existants à vue le jour.

Augmentation du nombre d’événements et de visiteurs pour les événements utilisant les nouvelles technologies.

Vers des manières nouvelles de voir, percevoir et faire de l’art ?

Malgré leur attrait, certaines institutions se refusent encore à utiliser de tels dispositifs qui, selon elles, polluent les espaces d’exposition. Mais l’expérience digitale de l’art représente d’une certaine manière un nouveau paradigme, une nouvelle vision de l’art. L’enjeu reste donc pour les musées de s’approprier ce nouveau paradigme, et s’assurer que cette médiation nouvelle n’altère pas l’expérience de l’œuvre authentique.

D’après une étude réalisée par l’IFOP et le CNC, 93% des personnes interrogées lors de cette étude pensent que les expériences immersives sont une nouvelle façon d’aborder la culture et les loisirs.
L’étude souligne plusieurs atouts de l’utilisation des nouvelles technologies dans les événements artistiques: opportunité créative, une expérience humaine valorisée et la possibilité de nouveaux rapports au public. Ce sont donc des expériences immersives qui peuvent avoir une fonction ludique, artistique et pédagogique en plus de la fonction culturelle.

D’après l’étude réalisée par l’IFOP et le CNC, 93% des personnes interrogées lors de cette étude pensent que les expériences immersives sont une nouvelle façon d’aborder la culture et les loisirs.

Démocratisation de l’art et nouveau public pour ces événements ?

Ainsi, le numérique a participé à une certaine démocratisation des événements artistiques en rendant des contenus plus largement accessibles, que ce soit dans un objectif de diffusion ou de conservation. La technologie peut donc être au service de l’art au sein même des lieux physiques d’exposition, en y apportant une nouvelle forme d’interactivité, et en engageant donc plus de publics venus de divers horizons.

Un tel outillage va même jusqu’à inverser certains rapports de forces : dans un espace souvent perçu comme élitiste, et caractérisé par une logique d’apprentissage descendant, le visiteur devient désormais plus facilement maître de sa propre expérience. Il peut aller chercher les informations qui l’intéressent, aux moments où elles l’intéressent.